Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Mar

La recherche de documentation médicale 1/2

Publié par francois delcourt  - Catégories :  #recherche et développement

La recherche de documentation médicale 1/2

Lors de la recherche de documentation, plusieurs écueils se présentent aux étudiants chercheurs. Premièrement l’exhaustivité des données ou des documents. Deuxièmement lorsque l’on fait une recherche à visée internationale le barrage linguistique peut s’avérer délicat pour certains. Concernant l’exhaustivité, on peut heureusement s’en affranchir à l’aide d’une stratégie de recherche documentaire. La première chose que l’on doit faire avant de se lancer dans une recherche documentaire, c’est de réfléchir, de bien définir la problématique ou la question de recherche et de trouver une stratégie. La première question est de s’interroger sur le commanditaire de la recherche, comme dans toute recherche ou toute autre étude. De définir le profil du demandeur. Cette première question va permettre de définir le niveau d’exigence, voir scientifique, de la recherche. Ce niveau sera de toute façon différent si la question est posée par un patient n’ayant aucune connaissance médicale ou si l’objectif est de faire une revue de littérature dans un mémoire de fin de cycle d’études. Ce niveau d’exigence au même titre que la nature de l’information cherchée est primordiale dans la méthodologie de recherche et dans les différents outils utilisés. Les moteurs de recherche sont un bon outil de base, parce que faciles à utiliser, d’un langage simple, naturel, exhaustifs dans la nature des informations trouvées. Les annuaires, d’utilisation plus élaborée, nécessitent un langage clair et précis.

Les différences entre les outils

De par la méthode de référencement 

Les moteurs de recherche utilisent des algorithmes d’indexation de caractère. Ils sillonnent le Web en permanence à la recherche d’informations correspondantes au(x) mot(s) que le chercheur a indexé(s). Les annuaires utilisent une méthode de référencement  raisonnée faite par des documentalistes en respectant une arborescence logique et hiérarchique que l’on appelle un thesaurus.

Avantage et inconvénients 

Les moteurs de recherche sont évidemment beaucoup plus exhaustifs, cette richesse n’est pas forcément un avantage pour cibler une problématique précise. Les mises à jour sont par contre rapides et la facilité d’accès à l’information donnée sur un site est proportionnelle à la qualité de référencement du site éditeur. N’ayant pas de classement raisonné, certaines informations homonymiques qui n’ont aucun rapport avec la recherche vont apparaître.

Par exemple le mot « orange » peut donner des informations publicitaires sur un opérateur téléphonique au même titre que des informations sur les producteurs de fruits et légumes espagnols. Cette exubérance d’information diverse et variée constitue un obstacle dans le décryptage et la précision de la recherche : on parle dans ce cas-là de « bruit » important.

Dans les annuaires, la structuration logique et élaborée oblige à sélectionner une terminologie précise scientifique ou médicale, faisant partie du thesaurus. Si les mots-clés sont mal choisis, ou n’appartiennent pas au thesaurus, la requête ne peut donner aucune information. On parle donc dans ce cas de « silence ».

Ces deux entités amènent sur des sites en accès libre ou restreint, professionnels, institutionnels ou de recommandations – les « bonnes pratiques » -

En tout état de cause, l’information recherchée doit d’être fiable. Ce qui ne l’empêche pas d’être critiquable. C’est la raison pour laquelle un label, le HON code1  a été créé reflétant la pertinence, la fiabilité et la crédibilité du site annonceur. Plusieurs critères sont nécessaires et doivent être validés pour obtenir ce label, comme la transparence des auteurs et des commanditaires, les sources bibliographiques, la qualification des rédacteurs, les justifications des informations données, le professionnalisme et l’honnêteté. Autant d’éléments qui sont évidemment opposables et critiquables.

LES MOTEURS DE RECHERCHE

Google

La « Recherche avancée » de Google permet une recherche simple avec un outil élaboré mais néanmoins facile d’utilisation. La première ligne est destinée à recevoir un ou plusieurs mots-clés, en choisissant de préférence en premier le terme le plus important. En cas d’échec de la requête, il est possible d’utiliser des synonymes ou inversez l’ordre des mots clés. Cette fenêtre d’indexation croise les deux termes. Par exemple pour les deux mots-clés : A puis B, la requête portera sur l’intersection entre les mots-clés A et B. Par défaut, un espace entre deux termes suffit. La deuxième ligne peut recevoir une expression, une phrase ou un ensemble lié de mots-clés. Si l’expression n’est pas référencée, la requête aboutira à un silence. La troisième ligne permet d’unir plusieurs mots-clés. Par exemple : A ou B permet d’obtenir une requête concernant l’ensemble des informations concernant A et B. La quatrième ligne permet d’exclure le terme indiqué. Un simple signe moins, collé au terme à exclure suffit dans la fenêtre d’indexation de Google.

Ce moteur de recherche utilise les opérateurs booléens - dans leur forme simplifiée dans – mais essentiels dans les annuaires.

AND : croise les informations entre A et B. ce sont les informations communes OR : unit les informations de A et de B. ce sont toutes les informations de A et de B. NOT : exclut les informations B. ce sont les informations de A sans les informations communes à A et B.

AND : croise les informations entre A et B. ce sont les informations communes OR : unit les informations de A et de B. ce sont toutes les informations de A et de B. NOT : exclut les informations B. ce sont les informations de A sans les informations communes à A et B.

Les outils supplémentaires permettent d’optimiser et de restreindre la requête. En sélectionnant :

  • une langue spécifique ;
  • un type de format (Excel, PowerPoint, PDF, format image, etc.) ;
  • un site ou un nom de domaine particulier ;
  • une limite de temps concernant l’ancienneté de la page Web ;
  • une restriction concernant les droits d’utilisation ;
  • la localisation de votre requête (dans le titre de la page Web,  dans le corps de la page, dans l’adresse ou dans les liens) ;
  • une restriction par pays, et enfin des restrictions équivalentes à un contrôle parental.

 

Google Scholar

C’est un moteur de recherche spécialisé dans la recherche universitaire. Il couvre des domaines multidisciplinaires avec une couverture plus importante dans les domaines des sciences exactes et médicales. Dans la recherche avancée, des restrictions concernant l’auteur, le domaine de publication, des limites de temps peuvent être précisées. Il permet de faire des recherches d’articles issus de périodiques avec évaluation par les pairs (peer reviewed), de rechercher des thèses, des livres des rapports, des recommandations, etc. La base de données est issue d’un fonds documentaire du CNRS.

LES ANNUAIRES

Le CISMeF

Le Catalogue et index des sites médicaux francophones est un annuaire limité aux publications scientifiques francophones. Il comprend environ plus de 21 000 ressources, 3500 cours de ressources pédagogiques. La recherche d’information à partir d’un annuaire nécessite l’utilisation d’un thesaurus. Un thesaurus est un ensemble organisé et hiérarchisé de termes, appelés descripteurs, choisis pour faciliter la description d’un domaine. Le thesaurus est un outil d’indexation et de documentation qui permet la recherche de documents caractérisés par des mots précis – les mots clés – présents en général à l’issue du résumé (abstract en anglais). Dans la plupart des annuaires, le thesaurus utilisé est celui de la NLM (National Library of Medicine) traduit en français par l’Inserm dans le CISMeF. Sur la banque de données Medline, les descripteurs sont appelés MeSH (Medical Subject Headings). Le terme utilisé (descripteur) fait partie d’une arborescence hiérarchisée – c’est le principe même d’un thesaurus –

L’arborescence du thesaurus 

Une arborescence est un ensemble de termes structurés de façon à représenter une hiérarchie. Il est possible de « descendre » ou de « monter » cette hiérarchie, permettant de préciser ou d’élargir une notion.  

L’explosion 

Dans une requête, on peut faire une recherche sur un terme et tout ceux de son arborescence descendante. On parle alors de terme « explosé ». On peut au contraire restreindre la recherche au terme choisi uniquement. Il suffit de « cocher » ou non la notion d’explosion.

Meta terme 

Un méta terme représente une spécialité pour laquelle il existe plusieurs mots clés la qualifiant. Par exemple, cancérologie, chirurgie

Terme majeur 

Un terme majeur dans une publication représente un aspect important du document qui permet de restreindre la requête. Par exemple dans une étude, la douleur peut être un critère de jugement principal - terme majeur dans ce cas – ou représenter un des effets indésirables peu significatif du traitement – terme mineur dans cet autre cas.

Les qualificatifs 

(subheadhings en anglais). Ils précisent et orientent un aspect particulier du mot clé requis. Par exemple : oncologie/traitement ou oncologie/histologie

Les champs sémantiques

(Check tags en anglais). Ils sont placés sous forme d’abréviation entre crochets à la suite du mot clé. Ils en précisent la sémantique. 

La recherche de documentation médicale 1/2

Une requête pour l’exemple : les lymphomes.

Page d’accueil : recherche simple

Taper « lymphome » sur la fenêtre d’indexation de la page d’accueil. 340 entrées apparaissent. Sur le bandeau latéral gauche, la recherche peut être affinée par éditeur(s), type(s) de ressource(s), niveau d’études, pays et date.

Page d’accueil : module terminologie.

Pour chercher des informations concernant le lymphome, la page d’accueil présente une zone de saisie dans le portail terminologique du CISMeF. 

La recherche de documentation médicale 1/2

Après avoir tapé « lymphome » dans la fenêtre d’indexation, une page apparaît avec votre descripteur MeSH, il fait partie du thesaurus.

En dessous de la page apparaît le descripteur en français et sa traduction anglaise, un code d’origine, une définition MeSH française, anglaise, et des synonymes français et anglais.

Sur le coté gauche de la page d’accueil, dans la bande latérale, sont présentés les différents termes trouvés correspondant à votre requête. Au dessus de la page, sous le descripteur, se trouvent plusieurs onglets : description, hiérarchies, relations, et ressources (PubMed/ Doc’CISMeF) :

  • l’onglet hiérarchies permet de consulter l’arborescence complète du MeSH. Tout est cliquable, offrant la possibilité de « monter » ou « descendre » dans l’arborescence ;
  • l’onglet relations, permet d’obtenir les relations de type intra-terminologiques ou inter-terminologiques. Les relations intra-terminologiques donnent les qualificatifs associables au descripteur mais aussi d’autres descripteurs synonymes, les métatermes. Les relations inter-terminologiques donnent des « alignements » plus étroits ou plus larges y compris dans d’autres bases de données ;
  • l’onglet ressources permet d’affilier un ou plusieurs qualificatif(s) et de sélectionner les types de ressources. Après avoir tapé « étiologie » et « toutes les ressources », un clic sur le logo CISMeF donne accès aux ressources, idem à partir du logo PubMed (Medline). Ceci présente l’avantage d’obtenir une équation de recherche semi automatique traduite en anglais. Il est possible de selectionner « toutes les ressources » ou les principales avec ou sans explosion. Ainsi que plusieurs types (recos, pros, documents patients)

Sur le CISMeF 

Les documents apparaissent par types de ressources. Ils sont cliquables sur le titre, ainsi que les mots clés du document (cliquer : voir l’indexation).

Il est important de rechercher les mots clés. Ils seront peut être plus pertinents que ceux déjà utilisés et permettront d’optimiser la recherche

Sur le bandeau latéral gauche, la recherche peut être aussi affinée par éditeur(s), type(s) de ressource(s), niveau d’études, pays et date.

Commenter cet article

À propos

L'ostéopathie et les sciences